mardi 12 décembre 2017

L'animal intérieur

Se débarrasser de nos beaux habits, de nos manières sages et entrer en collision avec nos besoins bestiaux dans la beauté de notre nature. Laisser notre véritable caractère se déployer,  nous accrocher, nous griffer, et célébrer cette libération. Enfoncer nos dents au plus profond de l'instant et goûter la sauvagerie sexuelle de l'intérieur.

Rouler dans la saleté, le sang et la sueur de l'un l'autre, libérer notre animal intérieur. Laisser ses grognements se faire entendre, ses yeux briller dans notre noirceur. Énergie brute d'un couple entrelacés dans l'obscénité, hurlant à l'unisson, comme des loups sous l'éclat d'une lune.

Animal prêt à jaillir et à s'ébattre, à se salir et montrer les crocs, à dévorer la chair et à se nourrir de sexe. Animal qui doit se libérer et s’enchevêtrer avec sa proie de la manière la plus primitive.

À l’apogée de l'instant, lorsque les corps culminent dans une passion, l'animal recule en moi. À bout de souffle, calme, apaisé. Allons là où les griffes peuvent jaillir. La femme charme la bête, et laisse l'homme apaisé en sa demeure, enlacés, nus et épuisés.

Nous abritons tous un animal. Comprenez cela et embrassez le votre. Apprenez le chemin pour apprivoiser cette bête est lui permettre de se régaler de vous de la manière la plus sensuelle.
L'animal que j'abrite est l'image de ma passion dans son état naturel, il a besoin de votre énergie pour l'humaniser, jusqu'à ce qu'il soit temps de sortir et de s’ébattre à nouveau.

Il y a un animal en moi et il veut encore vous goûter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire