mardi 7 juillet 2020

Je vais (6).

Je vais vous faire mal.

Jusqu'à une totale satisfaction, que vos yeux se teintent d'accomplissement. Tremblante, alors que la douleur vous accablera, vous abandonnerez toute pensée et ce sera un glorieux sentiment pour vous que d'accepter d'être poussée hors des chemins balisés.

Je vais vous faire mal d'une manière qui nous permette d'étouffer momentanément notre lumière et nous danserons dans notre noirceur. Vous goûterez ma férocité pendant que je lècherai votre peur.

Je vais vous faire mal comme la plupart des couples qui s'embrassent, ça vous excitera et vous terrifiera de la plus belle façon possible. Cela aura le goût du mal, mais il sera toujours rempli d'affection, parce que c'est l'autorisation que vous m'avez offerte de vous battre brutalement, qui la rend non seulement acceptable, mais surtout à célébrer quand cela se produit.

Je vais vous faire mal. Parce que vous le voudrez et que je ce sera aussi mon envie, et quand ces désirs se percuteront, cela créera une explosion si vicieuse que vous en serez mouillée dès le début.

Je vais vous faire mal et vous aller aimer. Marquer votre peau et vous anéantir, parce que vous y avez consenti. Mais je veillerai à réparer vos blessures, à protéger vos émotions et vos pensées lorsque vous serez impuissante et en pleurs.

Je vais faire de ce moment si riche de sens, que la douleur en sera une réflexion après coup. Nous serons fascinés par la proximité que nous ressentirons l'un envers l'autre. Ce sera tout ce qui compte car je prendrai soin de vous avec autant de plaisir et d'attention que de vous avoir fait souffrir pour moi.

BDSM Badine douleur soumise dominant soumission domination
Maintenant, approchez.

mercredi 24 juin 2020

Immédiatement!


Dès la porte refermée, j'aurai les mains sur vous. Je ne vais pas enlevé vos vêtements, mais simplement les arracher. Je me ficherai de savoir si vous adorez ce chemisier, il sera sur ma route vers votre peau et aucun obstacle ne sera acceptable.

J'aurai besoin de vous. Immédiatement!

Les marques qui se créeront sur votre corps délicat et l’énergie brute qui jaillira du mien alors que je vous déchirerai la peau de mes ongles seront envoutantes.

Vous serez désorientée par ma furieuse façon de vous manipuler alors que je vous noierai totalement dans ma domination. Une fois entièrement nue, je vous retournerai, vous maintiendrai fermement par les poignets et vous plaquerai contre le mur. Rapidement je les lierai par une corde de jute, avant de vous amener au sol où je vous attacherai également les chevilles.

Votre bouche bâillonnée par du scotch, je vous fesserai fort et rapidement avec ma ceinture. Vos gémissements étouffés tenteront d'échapper en vain d'entre vos lèvres. Vous vous débattrez, mais je vous maintiendrai fermement au sol et continuerai de vous cingler le cul jusqu'à ce votre chair affiche de belles meurtrissures et qu'elle présente une merveilleuse couleur. Le pourpre de mes vicieux coups de ceinture.

Vous ne tarderez pas à trembler sous l'intensité du moment. Alors, accéderai à votre entre-jambes étroitement serré, pour y trouver votre chatte détrempée. Plonger mes doigts pour vous voler un orgasme. Vous vous débattrez encore plus.

Votre tête fermement maintenue au sol, j'approcherai mes lèvres de votre oreille et vous annoncerai que si vous continuez de bouger, je vous fesserai encore plus fort. La peur excellente conseillère vous fera vous taire et vous s'immobilisera.

Avec la ceinture je frapperai le sol, des coups lourds et forts. Tout d'abord lentement, entre deux caresses. Accélérer progressivement, comme le tonnerre qui se rapproche. Le son vous terrifiera, sachant que sur son cul, un tel coup comme serait extrêmement douloureux.

Toujours attachée et bâillonnée, je vous positionnerai à genoux, avant de vous bander les yeux. J'arracherai la bande de scotch de votre bouche et je pousserai mon sexe tendu profondément entre vos lèvres. Votre chevelure serrée au creux de mon poing, je baiserai littéralement votre bouche. Jusqu'à ce que vous ayez le privilège de goûter ma jouissance.

Épuisé repu, je couperai vos liens et m'allongerai sur le sol à vos côtés. Caresserez et embrasserez votre corps en sueur et tremblant, jusqu'à ce que vous vous dissolviez entre mes bras que vous paraissiez si calme et paisible, que je vous penserai endormie.

Vous vous retournerez et m'embrasserez passionnément. Un seul mot d'entre vos lèvres: Merci.

BDSM Domination soumission des-mots-en-équilibre Cordes

Peu importe combien j'aurai besoin de cela, vous en aurez encore plus besoin et ensemble nous savourerons la beauté d'un tel moment.

dimanche 31 mai 2020

Collection.


Nous sommes des collectionneurs, d'amis, d'amants, de maitresses, de souvenirs, de pertes et d'éphémères instants sur notre chemin. Il est notre vie et la destination semble être inconnue. Mais nous savons que c’est l'occasion de collecter et de perdre ce que nous ramassons en cours de route.

Nous semblons obsédés par l'accumulation de choses que nous ne pouvons pas garder.

Nous excellons dans la perdre des choses importante. Notre patience, notre volonté, nous-mêmes et les autres, une manière d'être archaïque et compliquée. Pourtant, nous continuons à collecter et à perdre ce qui nous était le plus précieux à un moment donné.

Certaines choses disparaissent de nos vies sans que cela nous soit imputable. Pour d'autre, c'est entièrement de notre responsabilité, parfois nous les brisons ou nous les détruisons complètement. Nous subissons tous des pertes d'une manière ou d'une autre.

Nous sommes une collection de choses que nous avons perdues. Nous sommes également une collection de choses que nous avons trouvées ou créées. Souvent, cela va de paire et ne fait qu'un.

Puisque nous sommes tous des collectionneurs, nous ne devrions peut-être pas chercher à toujours trouver autre chose. Il est parfois plus important de s’arrêter sur ce que nous avons déjà. Notre collection n'est pas la simple représentation de ce qui a été, elle est surtout la plus belle exposition de ce qui est, de ce qui est essentiel pour nous.

@Équilibre
Il y a toujours quelque chose qui devrait avoir une signification pour nous, même si nous devons fouiller dans ce que nous avons perdu pour le retrouver. Parfois, ce que nous cherchons se cache dans ce processus.

vendredi 8 mai 2020

Celui dont j'ai le plus besoin.

J'ai besoin de vous pour me les offrir.

J'ai besoin de vous les extraire de la manière la plus agréable, mais aussi la plus sadique possible.

Mais celui dont j'ai le plus besoin est celui qui vous sera le plus difficile à donner. Celui pour lequel vous devrais me donner le contrôle total de votre corps pendant que vous souffrirez de la sensibilité de votre sexe béant, et de tous ceux que j'aurais déjà obtenus. C’est à ce moment que vos yeux s’agrandiront, que votre corps s'agitera, confus d'un affrontement entre le plaisir et la douleur. Vous voudrez à la fois le combattre, y gouter dans toutes vos chairs, pour moi.

Vous allez pleurer, serrer vos poings et vous allez perdre toute capacité de penser et de ressentir. Ce sera trop, et pourtant vous le ferez, pour moi.

C’est celui dont j’ai besoin, celui que vous m'offrirez, les larmes aux yeux et le corps qui ne sait plus que servir ma main.

À cet instant vous trouverez la beauté dans votre souffrance.

Image du net
C'est cet orgasme dont j'ai le plus besoin.

vendredi 24 avril 2020

Je vais me nourrir de vous.

Vous attacher étroitement, de telle façon que vous ne puissiez refermer les jambes. Avec des liens autour de vos cuisses et une barre d'écartement pour faire bonne mesure. Vous rendre complètement vulnérable à mes sadiques plaisirs.

Me pencher tout simplement sur vous, observer votre joli visage, me délecter de votre sourire, vos mains liées, solidement fixées à la tête du lit. Je suis très excité de vous voir si impuissante.

Lentement, très doucement, sensuellement vous embrasser.

De la pointe de ma langue, dessiner légèrement le contour de vos lèvres. Puis vous mordre le cou, resserrer un peu plus mes dents sur votre chair, juste assez pour vous faire cambrer et crier. Ahhhhh.

Descendre mes lèvres jusqu'à votre poitrine. Encercler vos mamelons comme un requin autour de sa proie. Arrêter le geste pour les lécher les sucer, puis les mordre. Presser vos seins. Vous êtes tellement désirable alors que vous fondez entre mes mains, je peux voir l'extase laver vos yeux.

De baisers légers et rapides sur votre peau douce et soyeuse, me rapprocher de votre sexe luisant de désir. Au-dessus, vous regarder, croiser nos regards, reprendre très lentement, vous effleurer ici ou là. Vous sentir essayer d'approcher votre bas-ventre de ma bouche, mais vous êtes incapable de bouger. Je vous contrôle et vous ne pouvez qu'attendre et espérer.

Vous tourmenter pour vous entendre me supplier de vous lécher la chatte. Et vous le faite avec toute la sincérité du désespoir qui vous envahi. Envoutant gémissement suivit d'un long soupir au moment où j'appose ce long et profond coup de langue, depuis le périnée, séparant vos lèvres gonflées, jusqu'à atteindre votre clitoris.

Le stimuler, prendre beaucoup de temps pour simplement faire l'amour avec ma bouche. Pas agressif, mais très calculateur, comme si chaque tour que je faisais avec ma langue et mes lèvres était planifié pour vous faire perdre la raison.

Votre saveur est incroyablement exquise, votre odeur envoutante. Vous êtes est tellement délicieuse, contrainte, obligée de me laisser me délecter de votre savoureuse chatte.

Vous amener au bord du gouffre et m'arrêter, vous faire supplier de vous laisser plonger vers la délivrance. Et vous dévorer encore, caresser votre clitoris rapidement, exercer une pression et vous pousser dans le vide de ce plaisir que vous implorer, lécher la liqueur du désordre que je viens de provoquer.

Rapidement assaillir votre bouche, vous embrasser profondément que vous puissiez pleinement vous goûter.

BDSM Blog Soumise Barre écartement Cunni Cunnilingus des-mots-en-équilibre

Empoigner votre chevelure, planter mon regard dans le votre. Ne pensez pas que j'en ai fini avec vous! Je vais vous lécher un long moment et je me fiche de votre sensibilité, je suis affamé et je vais me nourrir de vous.